L’après confinement : une société plus responsable ?

Plusieurs semaines passées à travailler depuis chez soi, seul, en famille, à la campagne, en ville, le confinement imposé pour lutter contre le COVID-19 sera sans aucun doute à l’origine de diverses évolutions pour notre société.

Que ça soit pour les pouvoirs publics ou bien dans notre manière de consommer, cette crise laisse présager des changements d’envergure jusqu’à dans notre manière de travailler et d’appréhender le travail.

 

 

  • Un état protecteur et souverain

 

Relevée par Natixis dans son Flash économie du 30 mars, la crise d’envergure que nous traversons changera fondamentalement notre société mais aussi l’attribution du budget par les pouvoirs publics notamment en privilégiant trois secteurs sociaux importants :

– une hausse durable des dépenses de santé
– un système plus solide de soutien aux entreprises
– un soutien plus important face au chômage

L’austérité budgétaire très prononcée en Europe risque d’être revue au profit du budget alloué à des fonctions publiques essentielles comme la santé.

La protection sociale dans son ensemble semble être indispensable à la survie économique d’un pays en temps de crise. De l’indemnisation décente du chômage à la couverture maladie, il est essentiel de restructurer la protection sociale afin d’éviter des cas dramatiques comme ce fut le cas aux Etats-Unis.

Cette crise est notamment une prise de conscience de l’importance de produire nationalement certains produits essentiels. Des produits pharmaceutiques en passant par les nouvelles technologies, cette crise nous aura appris que nous ne pouvons dépendre entièrement de la manufacture d’autres pays. Pourquoi pas alors relocaliser sur le territoire certaines industries ? Il conviendrait également d’accorder de l’importance à une consommation plus responsable.

 

 

  • Une société solidaire et consciente

 

La crise du COVID-19 a mis en avant la nécessité de se concentrer sur une consommation plus régionale afin d’éviter les ruptures brutales que l’on a pu connaître ; quand un pays stoppe sa production, c’est toute une chaîne de valeur qui s’arrête. Le retour à des chaînes plus régionales a l’avantage de mieux répartir les risques mais aussi d’une fragilité moindre de l’ensemble du système comme l’explique Natixis dans son Flash économie.

C’est également la promesse d’un retour à une société de consommation plus raisonnable, raisonnée et responsable.

Si la sociologue américaine Sherry Turkle publiait en 2010 son ouvrage Seuls ensemble et prônait l’isolement virtuel malgré le fait que nous soyons physiquement ensemble, il semblerait que le confinement ait renversé la tendance. Isolé physiquement, les nouvelles technologies nous permettent aujourd’hui de créer un lien social important qui va sans doute s’exprimer dans un besoin de collectif d’autant plus important dans la société.

Les petites actions mises en place pour aider son prochain dans le cadre du confinement traduisent une nécessité de penser ensemble plutôt qu’individuellement. Les valeurs de solidarité et de bienveillance doivent être défendues. Pour les entreprises, ce désir de collectif s’imposera par une stratégie RSE d’autant plus poussée et aboutie. 

Si l’environnement, l’harmonie sociale et l’épanouissement personnel semblaient être une priorité avant la crise, ils le sauront d’autant plus une fois le confinement levé.

Ces priorités se ressentiront sur plusieurs échelles que ça soit dans notre vie personnelle ou professionnelle.

 

 

  • Vie en ligne, lien social et télétravail

 

La distanciation sociale aura été l’occasion de s’immerger encore un peu plus dans la dématérialisation de nos modes de vie. Netflix, Spotify, la consommation dématérialisée de la culture a été et est toujours en croissance. Cette période de confinement n’a d’ailleurs fait qu’accroître la consommation de produits culturels on-line. Cette dématérialisation des modes de vie se fait également ressentir sur d’autres pratiques comme l’éducation à distance, la vente et livraison à distance ou bien encore la médecine.

Parmi les nouvelles pratiques qui ont émergé durant ce mois de confinement, la téléconsultation est aucun doute un vecteur important pour la Medtech. Selon le CNAM (Caisse nationale d’assurance maladie), près d’une consultation sur dix ont été réalisées à distance entre le 23 et 29 mars contre moins de 1 % avant l’épidémie. De la consultation en passant par la surveillance de l’évolution de la maladie voire même la prescription d’une ordonnance, il est possible de bénéficier du suivi médical sans avoir à sortir de chez soi. Vous pourrez d’ailleurs découvrir ces avancées technologiques dans un très bon article de Maddyness mais aussi grâce au test réalisé par le Huffington Post.

Face à tant d’écran, il est tout de même important de souligner qu’une période d’isolement aussi longue nous incitera sans aucun doute à recréer le lien social par la suite. Selon une étude de Sociovision (groupe Ifop) menée en 2019 et étudiée à nouveau suite à la crise sanitaire, 73 % des Français étaient en accord avec l’affirmation suivante : “ J’aimerais revenir à l’essentiel, me concentrer sur ce qui compte vraiment pour moi ”. Faute de temps, jusqu’à présent, cette envie contrariée est désormais possible grâce au confinement. Si les applications de messageries instantanées et de vidéoconférence ont été prises d’assaut, nul doute que ce temps accordé à nos proches se retrouvera prochainement transcrit dans des moments passés en dehors, en famille ou entre amis.

Enfin, il est probable que notre manière d’appréhender le travail change également.

Si le télétravail connaissait un essor certain, cette crise nous aura appris que notre espace de travail peut être recréé en dehors des locaux de notre entreprise. Selon Sociovision, 1 salarié sur 2 souhaite qu’il soit plus récurrent de travailler en dehors des bureaux. Que ça soit chez soi ou dans des salles dédiées, les formes de travail vont se multiplier notamment pour permettre de recréer du lien que ça soit lors de séminaires extérieurs ou bien même en délocalisant des réunions plus traditionnelles dans des salles comme celle que nous proposons chez Keeze.

 

 

  • Keeze : Partager, s’inspirer et se retrouver : oui, mais en sécurité

 

Vous le savez chacun de vos événements est important et nous oeuvrons chaque jour pour vous accompagner au mieux dans leur organisation. Nous avons pour objectif de toujours placer l’humain au centre de tout ce que nous entreprenons à vos côtés. Choisir un de nos espaces c’est choisir un réel instant de partage dans un lieu privatif entièrement dédié à votre événement. Tout est mis en place pour que vous vous sentiez en cohésion durant votre réunion, votre workshop, votre conférence et tous vos événements. Chacun de nos espaces est privatisé pour votre événement et nous accordons une importance toute particulière au nettoyage des espaces afin de vous garantir un espace sain.

Keeze s’engage et souhaite encore avancer sur le chemin de la responsabilité sociale et environnementale de nos espaces et, par conséquent, de vos événements !

Cette démarche RSE, de plus en plus importante dans le développement de chaque entreprise, est au coeur de notre activité. Vous retrouverez d’ailleurs tous nos conseils pour vous engager vous aussi.

Pour l’équipe, notre engagement prend plusieurs formes qui sont toutes amenées à évoluer :

– Une démarche engagée : nous avons choisi d’oeuvrer au côté des Restos du Coeur pour venir en aide aux plus démunis. Tout ce que vous ne consommez pas est donné gracieusement aux Restos du Coeur ! En plus d’éviter le gaspillage, nous oeuvrons à vos côtés pour aider notre prochain.

– Objectif zéro plastique : nous avons déjà mis en place des robinets d’eau filtrée dans la plupart de nos espaces afin d’éviter au maximum les bouteilles en plastique. Afin d’éviter la vaisselle jetable, nous avons aussi choisi de vous mettre à disposition de la vaisselle en verre, céramique ou encore en bois. Sur le long terme, nous travaillons également sur les contenants pour toute notre partie traiteur afin là aussi d’éliminer le plastique.

– Privilégier un approvisionnement responsable : chez Keeze, vous pourrez retrouver un café produit par Mister Bean afin de privilégier de petits producteurs. Nous choisissons aussi au maximum de travailler avec des artisans pour tout ce qui concerne l’ameublement et la décoration de nos espaces. Nos nouveaux équipements informatiques sont eux achetés sur Backmarket et sont de seconde main.

– Une énergie durable : chez Keeze nous misons aussi au maximum sur une énergie durable. 90 % de nos contrats d’énergies sont issus d’énergies renouvelables et nous avons uniquement recours aux véhicules électriques que ça soit pour nos managers, notre équipe de direction ou la livraison des petits déjeuners et des pauses.

 

L’importance de l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle se fait de plus en plus ressentir notamment suite aux mouvements sociaux qui ont traversé la France ces derniers mois. Cet équilibre n’a été que renforcé par la crise du COVID-19. Il est devenu fondamentale de considérer le travail comme un élément directement lié à notre identité même si, avec les différentes crises que nous avons traversées, l’épanouissement reste le socle de notre vie. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :