6 conseils pour stimuler vos formations

Une formation réussis, un secret de polichinelle ? On lève le voile sur les 6 astuces infaillibles pour booster l’engagement de vos participants. Oubliez votre pluie de paillettes et confettis pour mieux vous rappeler qu’une formation réussie vise deux objectifs : 

1- Envoyez aux oubliettes les PowerPoint interminables 

Le PPT n’est pas un divertissement pour son spectateur il s’agit parfois même d’un instrument de torture. Misez sur des présentations courtes : 20 Minutes maximum pour ne pas frôler la perte d’attention. 

2- Ne négligez pas votre accueil 

Analysez la composition de votre audience si cela vous est possible : quelles sont leurs attentes, pourquoi se sont-ils inscrits à cette formation ? Quels sont les enseignements clés avec lesquels ils doivent repartir ? Pragmatique mais réel : vérifiez votre salle au préalable pour éviter le grand moment de solitude redouté : wifi qui ne marche pas, connexion à l’écran impossible, et un public muet qui vous fixe en attendant. Une petite gêne réciproque et vous voilà au royaume des Glaces ! 

3- Soyez le GO de la formation 

Créez du lien, mettez votre auditoire tellement à l’aise qu’il aura oublié pourquoi il râlait avant d’entrer dans la salle. Un peu d’humour ne fait jamais de mal : si vous trouvez la blague d’introduction qui fait mouche, vous aurez à minima obtenu leurs 15 premières minutes d’attention. Faites interagir les participants et vous aurez réussi à faire disparaître ce sentiment pénible de solitude collective. Mise en situation, jeux, quizz : les nouvelles technologiques offrent tout un panel d’activités ludiques qui vont créer des souvenirs. Et on se souvient davantage d’une notion si un souvenir y es associé. 

4- Définissez votre fil conducteur 

Il est votre meilleur ami, votre meilleur allié : ne le perdez surtout pas de vue. Quand on est seul à s’exprimer pendant un long moment, il est tout naturel de se perdre parfois en digressions et d’oublier le message principal. En le reformulant régulièrement, vous sauvez tout le monde de la noyade. 

5- Le concret c’est la vie 

Misez sur une présentation simple et pertinente : préférez les exemples concrets avec des noms d’entreprises ou de célébrités amusantes aux grandes démonstrations théoriques. On se souviendra mieux des problèmes de management de Macron à l’Elysée avec sa cuisinière que d’un obscur A gérant un conflit avec un sombre B (et plus vous imaginez de détails, mieux c’est, on se souviendra longtemps de votre exemple).

6- Tirer parti du digital, trois pistes pour rendre les formations en présentiel plus interactives et plus innovantes.

– S’inspirer de l’univers du jeu vidéo

Le jeu vidéo capte l’attention, il peut même, dans les cas les plus extrêmes, créer une dépendance. Dans des formations en présentiel parfois jugées ennuyeuses, le jeu est un outil puissant pour retenir l’attention des stagiaires et favoriser leur engagement et leur motivation.

  • Les serious games: les « jeux sérieux » mettent leur côté ludique au service d’une intention pédagogique. Déjà utilisés dans de nombreux domaines, allant de la sensibilisation aux questions de santé jusqu’à la recherche scientifique (à l’exemple de Fold It), ils trouvent parfaitement leur place dans une salle de formation. Simulation d’entretiens, répétition de comportements à adopter, sensibilisation aux procédures de sécurité… les possibilités sont multiples. Il existe plusieurs outils en ligne pour créer des mini-jeux sous forme d’applications ou d’animations.
  • Réalité virtuelle ou réalité augmentée : la réalité virtuelle offre des possibilités incroyables pour la formation. Quelle que soit l’activité de l’entreprise, il est possible de créer pratiquement n’importe quel scénario pour l’apprentissage de comportement ou de compétences : utilisation d’une machine, procédure d’évacuation de sécurité, etc. La réalité virtuelle représente une valeur ajoutée pour l’entreprise en particulier pour les formations dans des environnements inconnus ou difficiles à mobiliser (machines dans une usine, véhicules, etc.). Quant à l’apprenant, il peut se confronter à des situations professionnelles qui seraient difficiles à reproduire en conditions réelles, avec une graduation personnalisée de la difficulté d’apprentissage. Bien sûr, ce type d’outil nécessite un investissement conséquent, pour l’équipement, mais surtout pour le développement de la simulation. Il ne conviendra donc qu’à certaines formations à grande échelle.

– Développer le social Learning 

 Le social learning, c’est apprendre avec ses pairs, lors de discussions de groupe en présentiel ou de moments informels (pauses déjeuner, etc.), mais aussi par le biais du numérique (e-mails, réseaux sociaux, etc.)

Le social learning permet d’éviter l’isolement des stagiaires, favorise une montée en compétences plus rapide, avec une motivation accrue par l’effet de groupe. Les personnes formées passent d’un apprentissage passif à un apprentissage actif et collaboratif. Co-construire son apprentissage avec les outils numériques s’inscrit donc dans la droite lignée de ces habitudes de vie.

Les réseaux sociaux comme Facebook peuvent fournir une plateforme de base peu onéreuse pour partager des informations et échanger. Ils présentent plusieurs avantages : ils permettent de publier différents types de supports (vidéos, images, textes, sondages, documents, liens) et sont déjà bien connus et utilisés par une grande partie de la population. Ils peuvent toutefois rebuter les personnes qui n’affichent pas une grande appétence pour les réseaux sociaux ou le web en général.

Il existe des plateformes spécialisées dans le social learning, plus coûteuses, mais qui ont le mérite d’être indépendantes et de proposer des fonctionnalités davantage ciblées formation. Ces plateformes peuvent faire partie d’une solution de gestion des formations complètes.

-Exploiter toutes les possibilités offertes par le mobile Learning : 

 Lmobile learning est une modalité d’apprentissage par laquelle le stagiaire apprend sur un appareil mobile (tablette, smartphone), dans différents contextes. Le stagiaire interagit avec ses pairs et avec le contenu. Il apprend quand il veut.

Alors que 94 % de la population française est équipée d’un appareil mobile et que près de la moitié privilégient leur smartphone ou tablette pour naviguer sur Internet (source), il est logique que la formation professionnelle profite de ces modalités de connexion pour poursuivre l’apprentissage hors de la salle de classe.

Proposer du contenu complémentaire en vidéo ou en MP3/streaming, mettre à disposition les supports de cours, proposer des quiz ou des activités ludiques à faire dans son canapé ou dans les transports en commun… autant de manières d’innover qui renforcent l’ancrage des connaissances. Les contenus portés sur mobile permettent d’optimiser la prise de notes et les interactions avec le contenu (annotations à l’écran, centralisation des supports, etc.). 

Dans la mesure où ces outils numériques sont bien pensés, adaptés à votre cible et au service de votre contenu, ils apporteront une valeur ajoutée à vos formations en contrebalançant certains points faibles du présentiel et en suscitant un engagement fort et une plus grande motivation chez vos stagiaires.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :